Roman interactif

Concept :

Parce que l’écriture est une aventure, je vous propose d’élaborer ensemble un livre.
Expérience que nous avons déjà  vécue, Véronique et moi, pour l’ouvrage « La Fissure » qui a été édité chez Lettres du Monde.
L’écriture à plusieurs est une mine inouïe de créativité, d’originalité, d’échanges, d’imprévus.

Le jeu consiste ici à écrire deux pages (format word caractère 10) qui font suite à un premier texte et de continuer ainsi jusqu’à ce que l’œuvre prenne vie, se modèle au fur et à mesure du temps au gré de nos inspirations.

La magie peut s’opérer ou non, c’est ce qui fait la beauté du geste, le suspens, la grandeur du défi à relever mais c’est toujours d’immenses bonheurs de partages en perspective.

A vos plumes!

 

Les premières pages :

Il n’est affiché ici que le début du texte. Participation au 29/08/03: Florence Issac, , Roland Farjon, Thierry Jurain, Emmanuel Manciet
Au tour de Thierry: Partie 12 à ce jour......


Nous limitons à l'écriture à quatre auteurs dorénavant. L'aventure étant bien démarrée, la cohésion avec plus de membres serait difficile à mettre en oeuvre.......
Je vous propose de continuer sur un autre projet........voir ci-dessous

J'écris également un autre roman à deux cette fois-ci avec Frédéric Gerchambeau, auteur,écrivain qui publie ses textes également sur un site qu'il a crée et qu'il fait vivre

 http://perso.wanadoo.fr/frederic.gerchambeau  "Il n'est jamais trop d'Art...": nouvelles, poèmes et aussi de très nombreux hommages.

Le livre de ce futur nouveau né s'intitulera ELLe. Nous vous tiendrons au courant de son avancement bien sûr!

The sky's the limit!!

Florence


 

Le bruissement des vêtements, les soupirs et les murmures parcourent la salle en ondes discontinues. Dans les rangées de fauteuils alignés quelques retardataires se pressent attirant quelques foudres sur leur passage. Le mince filet de lumière de la torche de l'ouvreuse les précède. Mais la plupart des regards privés de lumière depuis quelques secondes seulement sont irréversiblement rivés sur le rideau de velours qui se dresse arrogant devant eux. Petit à petit le silence se fait solennel et péremptoire. Les souffles sont suspendus dans l'attente. Alice, les fesses calées confortablement sur son siège ne perd pas une miette de toute cette agitation autour d'elle. Elle est tétanisée l'attente des trois coups, à l'attente de la brèche qui va s'ouvrir et s'agrandir pour laisser apparaître la scène. Elle voudrait que ce moment s'arrête. C'est la quatrième fois qu'elle vient et elle se voit réécouter inlassablement avec le même intérêt le même texte, redécouvrir avec un plaisir toujours renouvelé le même jeu de scène des comédiens. Un jeu de scène fait d'ombre et de lumière, un décor sobre constitué uniquement de deux chaises et une table pour cette adaptation de Koltès. L'épure de ce décor très contemporain fait ressortir le classicisme du théâtre, théâtre parisien du 17ème siècle agrémenté de sculptures et de peintures où éclatent le rouge et or des velours et de toutes les dorures des fenêtres et des draperies diverses. Un somptueux lustre fait de pierres de cristal tombant en cascades trône au plafond de la salle et Alice quitte les yeux de la scène de temps en temps pour fixer ravie l'objet fastueux venu d'un autre temps. Le théâtre sent bon le parfum des élégantes, les peaux fraîches et bien soignées pour la circonstance, les habits frais, les robes à jupons, les costumes de soirée. Les sons, les couleurs et les odeurs se confondent. C'est l'instant divin de la grande magie du théâtre. Alice sent un bonheur infini irriguer toutes les fibres de son être. Puis les trois coups.

 

 

Retour vers le haut de la page

Comment participer ?

A vos plumes pour d'autres histoire!

N'hésitez pas à m'envoyer un début au minimum deux pages pour qu'une autre aventure commence!

Simplement en me renvoyant votre proposition. Une seule version bien sûr sera retenue et sera éditée sur le Net au fur et à mesure de la progression du livre.

Les échanges de textes se feront par email.

Le nom de chaque écrivain sera bien sûr cité pour chaque passage le concernant, ainsi qu’à l’aboutissement du livre dans sa totalité. 


Accueil